Les clés de la réussite scolaire


développement de l'enfant, école et développement / dimanche, avril 15th, 2018

Les clés pour la réussite scolaire : qui n’a pas d’inquiétudes sur l’avenir scolaire de ses enfants ? Qui peut être certain que ses enfants réussiront bien à l’école, et seront capables de choisir leur métier ? Un métier qu’ils auront choisi de faire. Qu’ils aimeront faire, et non un métier que papa ou maman auront décidé pour eux. Et un métier d’avenir, et pas un de ceux qui sera détruit par les robots et l’intelligence artificielle, à travers la révolution que l’on nous promet. 

Les clés de la réussite scolaire
Les clés de la réussite scolaire

C’est pour cela que les clés de la réussite scolaire sont importantes. Personnellement, j’ai beaucoup d’inquiétudes à ce sujet. Pas par rapport au qu’en dira t’on. Pour leur bien, leur bonheur. Tout parent rêve de voir son enfant notable dans sa ville : médecin, pharmacien ou notaire. Mais parfois à travers quel prix à payer ? Les médecins ont une énorme pression, et beaucoup sont en burn-out. Les experts-comptables voient leurs responsabilités augmenter de façon croissante. Et pointer à leurs portes la concurrence des robots, ou le danger de la libéralisation de leur profession réglementée.

Je pense qu’il faille envisager le métier de nos enfants par rapport à eux, leurs envies, les goûts, leur passions. Et pas par rapport à nous, nos désirs déçus d’études brillantes, et carrières d’avocats brisées, ou de carrières de policiers que l’on n’a vécu qu’en rêve . Il ne faut pas chercher à leur imposer notre vision du monde de l’emploi.

Déjà il faut savoir que nos propres métiers vont certainement influencés leur choix futurs. Après certains font de très belles carrières sans diplôme ou en étant peu diplômé. Je côtoie dans mon travail pas mal d’artisans qui sont heureux de leur métier. Alors qu’ils ne sont pas haut diplômés.

RECEVEZ EN BONUS L’ETUDE : « PEUT ON DEVELOPPER L’INTELLIGENCE DE NOS ENFANTS? » EN LE TELECHARGEANT EN CLIQUANT SUR LE LIEN SUIVANT : ICI

Les clés de la réussite scolaire

Les clés de la réussite scolaire

Si j’ai envie que mes enfants aillent loin dans leurs études, c’est pour qu’ils aient le choix. Qu’ils puissent choisir ce qu’ils veulent faire plus tard. Et ce n’est pas une question de gros revenus. Car je connais un électricien, qui avec son CAP et son bagout, a monté une boite qui lui permet de générer plusieurs centaines de milliers d’euros de bénéfice à l’année.

C’est dans ce contexte que vous verrez pas mal d’articles sur le développement des loulous, dont bien sur les clés de la réussite scolaire. Le but étant de trouver la meilleure façon de les aider à réussir à l’école. Et dans la vie tout simplement.

Car encore une fois réussir sa vie, et réussir dans la vie, sont deux choses différentes.

Et j’aimerai que les zamours réussissent tous les deux bien sur. Et que pour ce qui est de réussir dans la vie, qu’ils puissent déjà choisir leur futur métier en toute liberté.

Pour vous aider à « coacher » vos loulous, je vous ai préparé un petit plan d’action concernant les clés de la réussite scolaire.

  • Stimuler son désir d’apprendre

Le désir d’apprendre des enfants est naturel depuis leur plus jeune âge. On peut observer les bébés explorer et découvrir leurs corps. Ensuite, ce sera les objets qu’on leur propose. Quand ils seront en mesure de gambader, ils se feront un plaisir de découvrir par eux-même la maisonnée.

Ensuite, il conviendra de favoriser et stimuler ce désir naturel.

Très important : quand les enfants commenceront leur période des 150 000 « et pourquoi ? »  à la minute : essayez de leur répondre patiemment. Peut être que ça va vous saouler, mais en leur disant « zuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut à la fin, j’en ai assez de tes questions », vous risquerez de briser leur envie de comprendre et connaitre le monde.

Ensuite, je vais vous donner deux exemples concrets et pourtant non calculés, mais avec des bons résultats.

Inscrivez vous à la NEWSLETTER afin de ne louper aucun conseil et recevez en cadeau le kit GRATUIT de démarrage de la parentalité positive.

Petite histoire personnelle

En allant chercher un sandwich, je tombe sur un flyer à la boulangerie sur des activités pour les enfants un week-end d’avril 2017. Il y  avait des ateliers de jonglerie, de trapèze ou d’initiation au dessin. Et tout ça se passait au musée de la ville. J’ai inscrit Lino pour la jonglerie car je savais que cette activité lui plairait. En référence à Mishka, l’ours ami de Masha. Résultat : on a passé un super après midi. Lino a adoré tester jongler. Apo qui était trop petite pour l’atelier a été autorisé à le faire. Ils ont même eu un goûter. Et cerise sur le gâteau, on a visité le musée, les différentes salles, et ils ont adoré 🙂 . Il y avait des peintures, des vestiges retrouvés sur des sites de fouilles de la ville, des armures de chevalier.

Désormais ils adorent aller visiter les musées que l’on trouve sur nos lieux de balade.

Une autre fois, en revenant de vacances, on s’arrête visiter les ruines de Château Gaillard en Normandie. A la base c’était pour les adultes 🙂 . Sauf que Lino s’est passionné pour l’histoire médiévale suite à cette visite. Il a fallu lui emprunter à la médiathèque chaque mois au moins un livre sur le moyen âge. On est retourné l’année suivante passé un week-end revisiter le château. Et on est même allé une semaine en Aveyron en vacances. En plus du soleil, on a pu visiter un château par jour, un régal. On pouvait se déguiser en chevalier ou gente dame, et on a vu des catapultes en action.

De quoi alimenter la curiosité des plus jeunes 🙂 . Et faire naître des passions  🙂 .

  • Ne pas se transformer en professeur

Il est normal, et j’ai envie de dire sain, d’aider ses enfants à faire leurs devoirs. Rien de plus naturel que de leur donner un coup de main face aux difficultés éventuelles que pourraient rencontrer vos loulous dans leurs études. Enfin selon les capacités de chacun. J’ai passé un bac scientifique, mais je me verrais mal les aider de nouveau dans ces domaines…car j’ai bifurqué après en économie 🙂 .

Par contre, il faudra faire attention à deux éléments. Comme je disais dans la première partie, il est intéressant de profiter de sorties pour les transformer en sorties culturelles. Mais il faut que cela reste naturel. Il ne faut pas que l’enfant subisse cela, et les considère comme une corvée.

Il faut que ça reste un jeu pour vos loulous, et qu’ils soient demandeurs. Au risque d’avoir l’effet contraire et de les dégouter de découvrir.

Et un jeu pour vous. Si les musées vous donnent la chair de poule ou des boutons, ne vous forcez pas à y aller. Vos enfants le sentiront, et ne comprendront pas votre impatience de sortir.

Les clés de la réussite scolaire
Les clés de la réussite scolaire

Ensuite, attention de ne pas mettre trop d’affectif quand vous mettez votre casquette de prof. Les professionnels ont vis-à-vis de vos loulous du recul. Ils les aiment certainement, mais savent garder la tête froide pendant leur apprentissage (sauf si ce sont des petits diablotins 🙂 ).

Attention

Nous, au contraire, on risque de projeter sur eux nos angoisses, nos peurs , nos ambitions , et également notre propre parcours scolaires. Avec ses joies et ses peines.

Attention donc. Cela peut vous amener sur un terrain glissant. Avec crispation, cris et pleurs au rendez vous.

Si vous sentez que vous perdez vos nerfs quand votre chérubins a du mal à apprendre sa leçon , il vaut peut être mieux passer la main : votre conjoint, un grand parent, un oncle ou une tante.

  • Intéressez vous à sa scolarité

Il est important de s’intéresser à l’école en général. Montrez l’exemple. Evitez de dénigrer l’école (dans le sens monde pédagogique) et la professeure ou les professeurs de vos enfants. Même si vous n’êtes pas d’accord avec sa façon d’apprendre les choses.

Ensuite la scolarité de votre enfant englobe pas mal de choses : ses copains, copines, les sorties scolaires, ce qu’il a appris, ses joies, ses peines.

En s’intéressant à sa vie scolaire, vous montrez à votre loulou que c’est important pour vous , et que vous êtes la pour l’aider et le soutenir tout au long des années où il ira à l’école, et après à l’université.

  • Comprendre ce qu’il est

Il est important au fur et à mesure qu’il grandit (ou elle bien sur) de comprendre ses envies, ses goûts, ses forces et ses faiblesses.

Ça permettra, dans la suite de la première partie, de bien comprendre ce qu’il ou elle aime, dans quel domaine il est le plus fort, le plus à l’aise.

Afin d’éviter de se projeter en lui, au détriment de ses désirs profonds. Et éviter aussi de projeter son propre parcours scolaire sur celui de votre enfant.

  • Ayez des objectifs clairs et précis

Les clés de la réussite scolaire. J’aime ce sujet et j’en ai déjà parlé, et j’en reparlerai encore 🙂 . Dans mon article précédent, j’expliquais qu’une étude avait montré que pour que les enfants réussissent à l’école, il fallait que les parents soient exigeants mais pas trop. Je vous invite à lire cet article ici.

Il est bien de vouloir que votre enfant réussisse. Mais que cela en concordance avec ce que votre enfant est capable de faire. Ne lui demandez pas de devenir bilingue en anglais en une semaine par exemple 🙂 .

Donc il faut définir des objectifs clairs, précis et accessibles. J’insiste bien sur accessible. Sinon vous risquerez de le démotiver.

  • Faites lui comprendre à quoi servent les études 

Et non les études n’ont pas été créées pour embêter les enfants qui ne sont pas sages. Ou pour les empêcher de s’ennuyer les jours pluvieux d’hiver. Il y a un but à tout ça, et notamment d’obtenir des diplômes pour avoir un métier plus tard. Que ce soit coiffeur, garagiste, médecin ou avocat.

Une des premières choses à faire comprendre aux enfants est qu’il travaille pour lui, pour son avenir, et pas pour ses parents, uniquement pour leur faire plaisir.

La, j’entre dans un aspect important de l’éducation que je ne détaillerai pas ici. Cela demanderai beaucoup trop de développement. On revient à une des notions de base de la Discipline Positive, à savoir la différence entre compliments et encouragements. J’ai déjà écrit des articles que vous trouverez ici et ici. J’en écrirais un plus complet car le sujet est important.

Donc votre enfant doit comprendre qu’il travaille pour son avenir, pour lui, pas pour son professeur ou ses parents. Déjà car ça l’impliquera dans ses études. Imaginez qu’au lieu d’être salarié, vous soyez indépendant et votre propre patron. Je pense que vous ne travaillerez pas de la même façon (pour la majorité des gens je veux dire)

Important

La c’est pareil, si votre loulou comprend que c’est pour lui les résultats, pour lui qu’il fait des efforts, il ne considérera plus l’école comme une contrainte, mais comme un moyen de réaliser ses rêves de métiers futurs.

Dans le même esprit, essayez de rattacher les matières qu’il étudie avec le métier qu’il ou elle rêve de faire. Il veut être ingénieur ? Les mathématiques sont à privilégier. Elle veut devenir architecte ? Il y aura une forte tendance artistique. Il veut être garagiste ? Les travaux manuels seront importants.

L’intérêt c’est de comprendre concrètement quel est le sens des efforts à fournir à l’école. Pourquoi il doit travailler en général, et dans les matières en particulier.

Personnellement, j’ai fait une reprise d’étude en étant salarié. Et j’étais hyper motivé malgré le manque de temps. Tout l’inverse de quand j’étais étudiant. Je ne comprenais pas pourquoi. Et j’ai compris lorsque j’ai eu le déclic : en reprise d’étude, je bossais pour moi. En tant que lycéen et étudiant, je bossais pour mes parents ou mes professeurs. Et ça a tout changé. Et je regrette de ne pas avoir compris cela avant.

  • Créer des routines

Idéalement, il faudrait assurer des routines de devoir assez tôt. Dès le primaire, il faut instaurer des routines qui lui serviront pour l’avenir. Il faut choisir le meilleur moment de la soirée, qui convient à toute la famille. Et commencez à travailler ensemble dans la bonne humeur.  Encore une fois, si vous êtes stressé(e) ou fatigué(e) de votre journée, cela va surement vous sembler comme une corvée, et cela va se transmettre à vos loulous.

L’enfant qui se sera habitué à lire régulièrement dès le primaire, aura moins de difficultés à trouver naturel de consacrer une partie de plus en plus grande de son temps libre à faire des devoirs.

Encore une fois, le but est que les enfants ne voient pas dans les études une contrainte. Personnellement, je leur ai acheté des cahiers de devoirs, et je leur ai toujours présenté ça comme un jeu. Jamais comme un travail contraint ou pénible.

Et dans leur jeune âge, je ne les ai jamais forcés. Seulement proposé. Et ça arrivait régulièrement que ce soit eux qui me demandent de  « jouer » à compter ou lire, ou faire les différentes activités.

  • Donner l’exemple

J’en avais déjà parlé dans cet article ici qui est complémentaire à celui-ci. Il est très important de façon générale que vous soyez une force d’exemple pour vos enfants. Vous êtes en quelques sortes leurs premiers héros, leurs premiers amours, et la personne sur qui se baser pour construire leur personnalité.

Si vous vous énervez facilement, difficile de vouloir que vos zamours restent calmes et zen en toutes circonstances.

Pareil pour les devoirs à l’école. On pourra difficilement leur demander de lire régulièrement si soi même on ne lit jamais. On ne pourra pas leur conseiller d’aimer l’école, si on dénigre son propre parcours scolaire, ou si on passe son temps à critiquer l’entreprise dans laquelle on travaille.

Car pour les jeunes enfants, le travail des adultes, c’est un peu leur école transposé pour les grands.

Comment exiger qu’ils fassent leur devoir si vous êtes un papa, et que votre femme doit râler dix fois pour qu’enfin vous ramassiez les feuilles dans le jardin 🙂 .

Il faut adapter son propre comportement à son discours, afin que celui-ci soit cohérent.

  • Ou va-t-il travailler ?

Les clés de la réussite scolaire: En général, plus les enfants sont petits et plus ils voudront faire leurs devoirs dans le salon ou la cuisine, entourés du reste de la famille. Et plus ils vont grandir, et plus ils auront besoin du calme et de la solitude de leurs chambres.

A eux de choisir où ils se sentent bien, le tout est de leur faire confiance dans leur décision.

  • Ne faites pas les devoirs à leurs places

C’est une erreur que font certains parents. Mais en général, on fait cette erreur bien avant la période des devoirs. En faisant à la place de …

C’est sur qu’on a envie d’éviter à ses enfants la souffrance, la douleur et la pénibilité. Et on a tendance, quand il n’arrive pas à faire quelque chose, de vouloir le faire à sa place.

Mais ce n’est pas la bonne solution.

Déjà, car en faisant cela, on entame le capital confiance de son loulou. « Je ne suis pas capable de le faire, et maman ou papa est obligé de le faire à ma place ». Vous voyez que cette stratégie « courtermiste » aura des conséquences nuisibles à l’avenir.

En plus, en général, on apprend en faisant des erreurs. On essaie une solution. Ce n’est pas la bonne . on tire des conséquences et on ajuste. Donc la encore, on prive l’enfant d’une part importante de sa capacité d’apprentissage.

Après rien ne vous empêche de faire le point des devoirs faits. D’analyser avec lui les bonnes et mauvaises choses. La encore une fois, l’erreur est humaine , donc pas la peine de le stigmatiser sur ces points faibles.

D’ailleurs, il est toujours mieux de lui faire remarquer « qu’il y a 3 erreurs » , plutôt que de lui dire « tu as fait 3 erreurs » .

Évitons les remarques blessantes (tu es nul, tu n’as rien compris) qui vont complètement le déstabiliser. Et félicitons le pour ses succès (attention encouragements et pas compliments s’il vous plait 🙂 ).

  • Anticiper les difficultés

Les clés de la réussite scolaire: J’avais déjà écris un article sur les difficultés scolaires que vous pouvez retrouver ici. Le principe de base est d’essayer d’analyser en direct les difficultés rencontrées par les enfants.

Une seule mauvaise note n’est peut être pas le signal de complication dans une matière, mais le cumul ou la dégradation de la moyenne, peuvent être un feu rouge qui vont faire qu’il faudra se pencher sur le cas.

Cela nécessite un suivi régulier des performances scolaires, mais bon si vous avez lu cet article jusqu’ici, c’est que vous êtes motivé par les études de vos loulous.

Pourquoi les détecter au début ? Car il sera encore , en ayant discuté avec l’enfant, et son ou ses professeurs, de trouver les origines du problème. Et comprendre si cela vient d’un blocage sur la matière. Un voisin de classe perturbateur. Un professeur avec qui sa bloque. Une perte de confiance. Ce sont des exemples.

Et les intérêts seront d’éviter que cela s’envenime et viennent créer des grosses tensions dans la famille. Avec par exemple des moments de panique des parents qui vont anticiper l’échec scolaire de leurs enfants. Qui vont entraîner,  soit un acharnement sur l’élève, voire une attitude de « baisser les bras ». Style « de toute façon il est nul en math, il n’y a rien à faire ».

Il faudra donc chercher à analyser le pourquoi du comment. Pourquoi n’a-t-il pas compris ? A-t-il des difficultés avec le professeur ?  Sa pédagogie ? fait-il un blocage ? A-t-il besoin de travailler plus cette matière ? De soutien ?

Conclusion

N’hésitez pas à partager et à faire connaitre cet article. Auprès de parents qui seraient intéressés par le thème des clés de la réussite scolaire.

cliquez sur le lien si vous voulez connaitre plus la discipline positive 

je suis formateur en discipline positive de Jane Nelsen et Lynn Liott , j’anime des ateliers , des séminaires et des conférences sur comment appliquer la Discipline Positive,  dans votre vie familiale.

Et si vous voulez me connaitre plus , allez sur la page a propos ou présentation du blog . 

n’hésitez pas à me joindre par mail pour connaitre les dates des prochains ateliers.

Et laissez moi vos commentaires pour me dire si vous voulez plus d’articles comme celui ci sur les clés de la réussite scolaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.