Discipline positive : qu’est ce que c’est ?


éducation bienviellante / dimanche, janvier 28th, 2018

Qu’est ce que la discipline positive ? Dans la même veine que mon article sur l’éducation bienveillante, dans lequel je vous décrivais 5 principes de base pour démarrer dans ce concept (un peu genre un kit de démarrage prêt à l’emploi à retrouver ici), je vais faire la même chose avec la discipline positive. Vous trouverez l’article sur l’éducation bienveillante ici.

Je vous en ferais un autre sur les principes Montessori. Ce sont des articles que je compléterai au fur et à mesure, afin, une fois les premiers préceptes compris, d’aller plus loin dans la démarche. Tous ces concepts se nourrissent les uns les autres, et sont complémentaires je trouve.

La discipline positive est une philosophie d’éducation, qui allie à la fois bienveillance et fermeté, élaborée par Jane Nelsen, sur la base des travaux d’Alfred Adler (1870-1937) et de Rudolf Dreikurs (1897-1972), tous deux psychiatres autrichiens.

Souvent, comme résultat de notre propre éducation reçue de la part de nos parents, nous élevons nos enfants comme nous avons été élevé, soit selon un modèle punitif, ou alors son contraire, le modèle permissif.

Ou…en réaction d’un mode d’éducation que l’on a jugé trop contraignant, on s’est juré de ne jamais reproduire ce qu’on a subit. Mais du coup, encore une fois, on a du mal à faire dans la demi-mesure entre les deux modèles dominants d’éducation.

Au risque de faire des enfants-roi dans un cas, des stressés de la vie dans l’autre. Rien de bien réjouissant.

Et pourtant d’autres alternatives existent et voient le jour depuis un moment, même si il a fallu qu’elles fassent leur petit bonhomme de chemin dans les mentalités, pour pouvoir percer au grand jour.

La discipline positive en fait partie. Sa grande force est qu’elle allie bienveillance et amour, avec le besoin de fermeté nécessaire au développement des enfants, dans un climat de sérénité et de bien-être.

Inscrivez vous à la NEWSLETTER afin de ne louper aucun conseil et recevez en cadeau le kit GRATUIT de démarrage de la parentalité positive.

Je vais vous décrire les grands concepts généraux de cette philosophie, qu’il faudra intégrer dans votre vie de tous les jours, afin de mieux les absorber et les utiliser lors de nos relations avec nos petits chérubins.

  1. Les enfants sont des êtres sociaux

Comme le dit très bien Adler lui même: « Le sentiment de solidarité, de communion est implanté dans l’âme enfantine et il ne quitte l’individu que sous l’action des plus graves déviations »

L’enfant nait bon, et se développe dans la plénitude si les conditions extérieures ne viennent pas le contredire, et le faire changer de croyance et de comportement.

2. Le comportement de l’enfant est toujours tendu vers un but

Dans la discipline positive , il s’agit de repérer les comportements inadaptés qui sont, selon Jane Nelsen des moyens que développent les enfants dans un but de survie :

  • Vouloir accaparer l’attention
  • Prendre le pouvoir (sur ses parents, ses frères et sœurs)
  • Prendre une revanche
  • Confirmer la croyance d’incapacité

Pourquoi ces comportements existent ? Ce sont la traduction de besoins insatisfaits. Il conviendra alors de remonter à la source, afin de les éliminer.

3. Les besoins essentiels de l’être humain sont d’appartenir et d’avoir de l’importance (discipline positive)

C’est un fait reconnu, et pas seulement en discipline positive : le besoin de reconnaissance sociale est un pilier de la reconnaissance de soi. C’est à nous parents, de faire ressentir à nos enfants qu’ils sont importants, et de faire ressentir leurs appartenances au groupe, notamment la famille, mais aussi l’école.

4. Un enfant qui se comporte mal est un enfant découragé

Plutôt que de le gronder, il faut se demander quel message l’enfant veut nous faire passer ? Tout en ayant à l’esprit le point précédent. L’appartenance et l’importance vis-à-vis de ses proches, et ceux qui comptent pour lui. 

5. La responsabilité sociale est la base de la vie en communauté

Sur ce point, nous pouvons être responsables en tant que parents. Voulant protéger nos chérubins contre les difficultés de la vie, on peut être tenté de les surprotéger. En faisant à leur place par exemple, des choses qu’ils sont tout à fait capables de faire.

Mais nous leur envoyons, en faisant cela, pas mal de mauvais messages. Dont celui que les autres sont à leur service. Je vous laisse imaginer les difficultés que cela pourra engendrer dans la vie active.

Or la vie en communauté demande non seulement de ne pas tout attendre des autres, mais également de pouvoir participer et partager avec les autres.

6. Le principe d’égalité est le fondement de la coopération

Principe de base de toute relation humaine équitable , encore plus fort en discipline positive : imaginez une entreprise où le dirigeant s’arroge le droit de décréter qu’il vous ait supérieur.

Qu’il vous mette au coin si vous faites des erreurs. Et qu’il crie sur vous si vous avez le malheur de contredire un de ses propos. (Malheureusement je sais que de telles entreprises existent :j’y ai travaillé J )

Vous n’auriez qu’une envie : démissionner.

Ce qui est bon pour vous : pourquoi ne le serait il pas pour vos enfants ?

7. Les erreurs sont de merveilleuses opportunités d’apprendre : discipline positive

Tout une philosophie de vie ; tout un art de vivre. J’ai envie de dire, une des bases de la discipline positive et de la psychologie positive.

Je pense que beaucoup de personnes seraient plus heureuses dans nos sociétés si on leur avait accordé le droit à l’erreur, au lieu de poursuivre le but d’atteindre la perfection.

8. Toujours s’assurer de faire passer le message d’amour

C’est la base de toute éducation réussie. Il est essentiel pour le bon développement psychologique des enfants, qu’ils se sentent aimé de façon inconditionnelle.

Cet amour sera essentiel notamment en cas de crise ou de conflit. Votre enfant n’est pas votre ennemi. Il ne s’agit pas d’une lutte de pouvoir, avec un gagnant et un perdant.

S’il le faut, sortez de la pièce un instant, afin que le surplus d’émotion négative sorte, et revenez avec un meilleur état d’esprit. N’oubliez pas : vos enfants vous aiment, et vous aimez vos enfants.

Conclusion:

j’espère que cet article vous sera très utile dans la relation avec vos loulous. Cette philosophie d’éducation est très efficace , et permettra de résoudre pas mal de problèmes.

pour ceux qui veulent aller plus loin , voici le site officiel de la discipline positive en France : cliquez ici

N’hésitez pas à partager cet article sur Facebook et Twitter s’il vous a plu, afin de faire connaitre les préceptes de la discipline positive au plus grand nombre.

Et partagez cet article si vous connaissez des personnes intéressées par cette thématique.

si vous voulez mieux me connaitre , cliquez ici ou  ici 

Posez vos questions sur ce sujet, je me ferais un plaisir d’y répondre.

Et vous, êtes vous intéressé par cette philosophie ?

Comment l’avez-vous connu ? avez-vous commencé à l’appliquer ?

 

22 réponses à « Discipline positive : qu’est ce que c’est ? »

  1. Merci pour votre article très intéressant et bien structuré!
    A la fin c’est du bon sens qu’il faut avoir… mais on l’oublie parfois. Et ces articles sont des excellents piqures de rappel!

  2. I have checked your site and i’ve found some duplicate content,
    that’s why you don’t rank high in google, but there is a tool that can help you to create
    100% unique articles, search for; Boorfe’s tips unlimited
    content

  3. […] en plus de nos jours, il ne faut pas croire que ces concepts soient récents. Les prémisses de la Discipline Positive, développée ensuite par Jane Nelsen, proviennent des travaux des travaux du docteur Adler pendant […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.